Septo-turbinoplastie | Mon expérience [Cloison nasale déviée]

mercredi 9 janvier 2019

 Image : esthetiquejouvence

Aujourd'hui on va parler d'un sujet pas très drôle puisqu'il s'agit d'une opération que j'ai subi début janvier 2018 : la septo-turbunoplastie. Je dois dire que j'ai hésité un moment avant de vous publier cet article de peur de votre réaction. Beaucoup pensent que l'opération de la cloison nasale est une fausse excuse pour se faire refaire le nez. Pour certain c'est effectivement le cas, on l'a vu chez certaines blogueuses et ça a fait polémique, mais pas pour moi car je suis très bien comme je suis physiquement parlant.

Je vous explique rapidement ce qu'est la septo-turbinoplastie, c'est une opération du nez qui vise à redresser la cloison nasale à l’INTERIEUR du nez. Ce n'est pas de la chirurgie esthétique puisqu'elle ne modifie pas l'apparence du nez, c'est une chirurgie réparatrice, qui aide notamment à mieux respirer. Pour certains ça peut aussi diminuer les maux de tête dû au manque d'oxygène qui arrive au cerveau à cause de la déviation ainsi que d'autres symptômes. Ça peut être un problème bénin qui ne dérange en rien votre vie, mais il peut être aussi plus grave pour d'autres personnes.

Situation :

Pour ma part, la journée ça allait, mais dès que je devais m'allonger, ma narine gauche était totalement bouchée. Je ne respirais que par la narine droite, dans laquelle très peu d'air entrait car j'ai le nez assez fin.


 Image WikiHow

Rendez-vous post-opératoire chez l'ORL :

J'avais déjà pris un rendez-vous en 2010 suite à un petit virus que j'avais attrapé qui faisait que j'avais le nez bouché constamment du côté gauche, même debout. J'avais vu un ORL qui m'avait alors pour la première fois parlé de ma déviation de cloison suite à une auscultation et m'avait proposé une opération. Ça me faisait très peur donc j'ai dit que j'y réfléchirais, mais je n'y suis jamais retourné. Il m'avait donc prescrit un traitement à base de cortisone pour que mon nez soit débouché et c'est passé.

Je n'avais plus ce problème de nez bouché la journée, mais au fur et à mesure que les années avançaient, la nuit c'était parfois horrible. Des réveils nocturnes par manque d'air, obligé de respirer par la bouche ou de se tirer sur la narine pour que l'air puisse passer. Début 2017 je reprend donc mon courage a deux mains et revois un nouvel ORL privé, puisque le précédent n'exerçait plus et après auscultation, même verdict : cloison nasale déviée donc opération. Il me prescrit un scanner pour vérifier tout de même et puis un spray nasal anti-inflammatoire pour voir si ça change quelque-chose.

Comment se déroule l’auscultation ?

Le médecin place des pinces sur les narines pour les écarter légèrement puis entre une caméra dans les narines, l'une après l'autre pour voir ce qu'il se passe à l'intérieur. La caméra a d'ailleurs eu plus de mal à passer d'un côté que de l'autre pour moi, ce qui a bien validé la déviation de la cloison nasale. Je dois vous avouer que ce n'est pas agréable du tout, mais c'est un mauvais moment à passer qui ne dure pas longtemps.


Image : atmosmedical

Rendez-vous donc pris pour le scanner et l'image vérifie bien les dires du médecin : ma cloison nasale est déviée et c'est ce qui m'empêche de respirer du côté gauche. Il me propose donc une opération et une nouvelle fois, je lui dit que je vais réfléchir. Pour tout vous dire, ce médecin ne m'inspirait pas tellement confiance : tout d'abord la salle d'attente était remplie de poussière et la propreté pour moi c'est quelque-chose d'hyper important et encore plus chez un chirurgien, le cabinet faisait vraiment vieillot et lui-même ne m'inspirait pas vraiment confiance... Donc si j'ai un conseil à vous donner dans un premier temps : fiez-vous à votre instinct. Si ça ne passe pas avec le médecin, le cabinet ou peu importe, n'hésitez pas à aller en voir un autre.

Image : docteur-hichem-mahmoud

J'ai donc pris rendez-vous chez un 3ème médecin, à l'hôpital public cette fois-ci et c'est un chirurgien ORL que j'avais déjà vu pour autre chose précédemment donc je savais qu'il était au top. Je suis donc arrivée au rendez-vous directement avec le scanner. Il a tout d'abord fait l'auscultation avec la caméra dans les narines (mince je pensais pouvoir y échapper c'est raté !). Et il a ensuite regardé mon scanner. Verdict ? Cloison nasale déviée et opération à programmer !
Il m'a expliqué l'opération, m'a bie mise en confiance puis m'a demandé "Dans un mois vous êtes disponible ?". Oups, cette fois-ci je ne vais pas reculer donc j'ai pris rendez-vous pour l'opération. Il m'a proposé dans un premier temps le 23 décembre puis s'est dit qu'avec les fêtes juste après ça serait pas cool donc le rendez-vous a été pris pour le 3 janvier, pour bien commencer l'année 2018, ahah. Un conseil ? Évitez vraiment cette opération avant les fêtes, j'ai été bien heureuse de la faire juste après...
J'ai ensuite du prendre rendez-vous avec l'anesthésiste quelques semaines après pour me poser des questions sur mon style de vie, mes antécédents médicaux, etc... et remplir le dossier d'entrée à l'hôpital.

Opération Septo-turbinoplastie : le jour J !

Avant l'opération, je n'ai pas cherché d'informations sur Internet, de peur que ça me décourage encore une fois. Avec les fêtes, je n'ai pas eu trop le temps d'y penser, mais à partir du 1er janvier j'ai commencé à pas mal stresser, j'avais envie de rebrousser chemin encore une fois. Le 2 janvier, veille du rendez-vous, l'hôpital m'appelle pour me rappeler de bien être à jeun à partir de minuit, de prendre ma douche le soir même et puis le matin de l'opération. Une douche avec mon savon classique, même pas besoin de bétadine. C'est top parce que mes cheveux n'aiment pas du tout la bétadine, ça me fait d'horribles nœuds...


J'avais rendez-vous à 10h15 en chirurgie ambulatoire donc je suis arrivée un peu en avance à 10h. J'avais déjà rempli les papiers de mon entrée lors du rendez-vous avec l'anesthésiste donc tout était ok. On me donne une tenue en papier bleue à enfiler : robe + culotte + charlotte + chaussons (trop glamour) et on me fait attendre dans une pièce avec un siège où je suis seule avec mes parents. Là je fais la maline sur le siège, mais je la ferais beaucoup moins après...


A 11h30 on vient me chercher pour me descendre au bloc et je ne suis toujours pas endormie, même pas de calmant ni rien, l'attente a été hyper longue et j'ai stressé un max. Un infirmier arrive et me place un cathéter dans le dos de la main (mes veines étant trop petites, il n'a pas pu le placer dans le creux du coude comme c'était prévu à la base). On me fait ensuite attendre dans le couloir, devant la porte du bloc opératoire. Je vois pas mal de gens qui passent, je stresse encore, sachant qu'en plus je n'ai pas mes lunettes, impossible de voir qui est qui. Puis un homme s'approche, prend mon dossier sur mon siège et commence à me parler. Je l'ai reconnu à sa voix, c'est le chirurgien, ouf ! Il est vraiment trop sympa et arrive à me calmer un peu et hop c'est parti pour le bloc. Je passe du siège assis au brancard allongé, on me branche des électrodes au niveau des épaules et du torse puis un tuyau au cathéter. Le chirurgien me parle, il me fait une petite blague et puis 3-2-1, une injection, un masque d'oxygène et c'est parti pour un gros dodo.


Je me réveille ensuite en salle de réveil, tout est flou, j'ai du mal à bouger, mais petit à petit tout se réveille correctement et la douleur également. Ça vous est déjà arrivé de vous taper le nez dans une porte ? Bon, je suis du genre Pierre Richard donc peut-être que ça ne vous est jamais arrivé, mais pensez à un coup très fort dans le nez. Et bien c'est cette douleur que j'ai ressentie, sauf qu'au lieu qu'elle dure seulement 10 secondes, elle était en continu. J'avais aussi cette impression d'avoir le nez totalement bouché et plein. Vous voyez aussi quand vous sautez dans la piscine sans vous boucher le nez et que l'eau remonte dans votre nez ? Et bien j'avais cette impression d'avoir le nez plein jusqu'au yeux et une seule envie, c'était de souffler très fort avec mon nez, mais bien sûr je ne pouvais pas. Puis l'infirmière est venue et m'a demandé où j'en étais au niveau des douleurs. Je lui ai dit que c'était comme si je m'était pris un gros coup de poing dans le nez. Elle m'a donc perfusé de la Morphine et de l'Acupan. Ça a tourné un coup puis je n'ai plus rien senti. Petit à petit je me sentais de plus en plus réveillée. J'ai demandé quelle heure il était et il était 14h00, ça va je pensais qu'il était plus tard que ça... On me reconduit ensuite dans ma chambre et j'attends.

Mes parents sont prévenus, ils arriveront un peu plus tard. En attendant l'infirmière me fait un lavement du nez avec du sérum physiologique. Ça ne fait pas mal et je dois dire que ça fait plutôt du bien parce que ça débouche le nez. Le chirurgien ne m'a pas mis de mèche dans le nez donc je suis plutôt contente, ça sera ça de moins à retirer car il parait que ce n'est pas agréable du tout. Par contre j'ai des atèles en silicone dans chaque narine, donc il faut que j'évite de me moucher. Je dois seulement souffler légèrement avec mon nez pour le laver et le déboucher. Vous voyez les embout de pâtisserie pour faire de la chantilly, en forme de cône ? Et bien les atèles c'est la même chose, sauf qu'elles sont molles car elles sont en silicone.


Ensuite, je suis obligé de boire quelque-chose, j'ai pris simplement deux verres d'eau, pas de café/thé ni de jus, je n'en avais pas du tout envie. Puis obligée de manger aussi, deux compotes de pommes, et d'aller au toilettes avant de partir sinon je ne peux pas être libérée. C'est le deal ! Surement pour vérifier que tout fonctionne bien dans mon corps des suites de l'anesthésie...


Je vais ensuite dans la salle de bain, je me change pour pouvoir sortir et là je vois dans le miroir mon nez : c'est une patate... une énorme patate car il a bien gonflé.


Pour informations : comme il s'agit d'une opération réparatrice et non esthétique, tout est pris en charge par la sécurité sociale. Je n'est donc rien payé en sortant de l’hôpital, j'ai juste présenté ma carte vitale et ma carte de mutuelle et rien n'est resté à ma charge.

Post opération Septo-turbinoplastie :

Passage à la pharmacie pour récupérer les médicaments (seulement du Dafalgan et un produit pour laver le nez que je ne récupérerais que demain car il n'est pas disponible de suite) puis arrivée à la maison, j'ai des gouttes de sang qui s'écoulent du nez de temps en temps, mais c'est tout à fait normal. Je fais un lavement au sérum physiologique puis je vais manger. J'ai pris une soupe, c'était plus facile à manger que quelque-chose de solide. J'ai tenté un petit feuilleté, j'ai du prendre de toutes petites bouchées riquiqui car impossible de respirer avec le nez et puis en mâchant, ça me faisait mal au bout du nez et j'avais également une sensation bizarre au niveau des dents, comme si je venais de sortir du dentiste. J'ai ensuite regardé la télé assise sur le canapé puis je suis allée dormir avec 3 coussins derrière le dos pour être à peu près droite.

Je vous avoue que je n'ai pas vraiment bien dormi cette première nuit : impossible de respirer par le nez donc je ne respire que par la bouche et donc la bouche devient très très sèche, ce n'est pas agréable du tout. Et quand je vous dit sèche, c'est vraiment extra-sèche, pire que quand on a un rhume, du genre à avoir du mal à avaler quand on se réveille car on n'a plus de salive. Et puis j'avais parfois le nez qui coulait un peu. A 5h du matin, réveil avec très mal au nez, encore une fois comme si je me l'était tapé dans une porte et ça m'a également déclenché un mal de tête sur tout le crâne donc j'ai pris un Dafalgan et j'ai réussi à me rendormir au bout d'une heure. Au réveil, j'ai ensuite repris un Dafalgan à 9h car la douleur revenait de plus belle, ça fait super mal !
A 10h, l'hôpital m'appelle pour savoir comment ça va et si je n'ai pas eu de complications. Tout va bien sauf que je leur dit que j'ai mal et je ne pense pas que le Dafalgan suffira. L'infirmière me propose donc d'alterner le Dafalgan avec de l'Ibuprofène ce que je vais faire juste après.
Il ne reste maintenant plus qu'à attendre le rendez-vous avec les chirurgien dans une semaine pour qu'il me retire les atèles. J'ai hâte que ce soit en dehors de mon nez car ça m'empêche de respirer, c'est gênant et ça fait mal, mais en même temps je redoute un peu ce moment. Comment ça va se passer ? Est-ce que ça sera douloureux ?

Septo-turbinoplastie, les complications : retrait des atèles ?

Pendant toute la journée, je ne fais qu'enchainer les dafalgan et les ibuprofene parce que ça me faisait mal comme si je m'étais pris un gros coup de poing, mais je me dis que ça doit être normal vu ce que le chirurgien a du faire dans mon nez. Donc je prend sur moi et je patiente, mais le lendemain mon nez avait triplé de volume et il était tout rouge. J'étais super faible : plus de forces, la tête qui tourne et j'avais des nausées donc impossible de manger.


Du coup on appelle le médecin qui me dit de venir en urgence à l'hôpital. Arrivée dans le cabinet, il me fait passer devant tout le monde et oscule mon nez. Il me dit que mon nez ne tolère pas les atèles donc il va me les retirer. Ce n'est pas agréable je dois vous l'avouer, mais ce n'est pas horrible non plus. Et puis il a fait ça très rapidement donc c'était top. Une fois les atèles retirées, je me suis tout de suite sentie libérée !

Il m'a ensuite revue une semaine après pour voir comment ça allait sans les atèles. Je ne pouvais toujours pas respirer par le nez car il était gonflé à l'intérieur, donc les nuits qui se sont enchainées depuis l'opération étaient toutes les mêmes... Il m'a alors placé des mèches imbibées de produit anesthésiant dans le nez pour pouvoir regarder comment c'était à l'intérieur. Je les ai gardé 10 minutes puis il me les as retiré et là j'ai pu sentir de l'air entrer dans mon nez pour la première fois après l'opération, tout allait mieux. Par contre l’effet de ce produit n'est pas éternel malheureusement, quelques heures plus tard, mon nez s'était déjà rebouché...


Le plus difficile ?

Ce qui a été le plus difficile pour moi après cette opération, c'est :
- La douleur au réveil, je ne pensais pas que le nez ça faisait si mal !
- Les atèles que je n'ai pas supportées ce qui m'a fait me sentir très mal les premiers jours, mais une fois retirées tout allait mieux.
- Ne pas pouvoir respirer par le nez la nuit pendant au moins 3 semaines, le temps que le nez dégonfle à l'intérieur et surtout avoir la bouche ultra sèche la nuit. Je vous conseille de dormir avec une bouteille d'eau à proximité...
- Mon nez a été gonflé un moment à l'extérieur également, ce n'était pas très esthétique mais j'ai fait avec. D'ailleurs j'avais peur que les gens croient que j'avais fait de la chirurgie esthétique, mais au moins je n'ai pas eu de bleus sur le visage c'est déjà ça ! Apparemment les bleus, ça vient quand on fait de la chirurgie pour modifier l'apparence extérieur du nez...
- Manger doucement et plutôt mou les premiers jours à cause de la sensation au niveau des dents et du bout du nez
- Faire les lavages de nez matin, midi et soir, ce qui est assez contraignant, pour ne pas dire "très chiant".

1 mois après la septo-turbinoplastie - rdv post-opératoire :

Un peu plus d'un mois après, je peux respirer par le nez, mais pas encore totalement normalement car je sens qu'il est encore un peu gonflé et aussi un peu engourdi sur la base du nez. D'après le médecin c'est tout à fait normal, ça viendrait du fait que j'ai pas porté les atèles pendant une semaine comme prévu, car les atèles servent à tenir la cloison droite à l'intérieur, mais aussi à empêcher au nez de gonfler dedans. Du coup le mien a eu toute la liberté de le faire comme je n'ai pas gardé ces atèles, le dégonflement interne va donc être plus long que prévu. Pour décongestionner tout ça, je dois continuer les lavages de nez matin et soir et utiliser un spray à base de cortisone pendant 3 mois. Je reverrais ensuite le médecin pour voir si tout va bien à l'issu de ces 3 mois.

Et 1 an après la septo-turbinoplastie, où j'en suis ?

Je suis hyper contente d'avoir franchi le cap de l'opération car je passe enfin des nuits complètes à respirer correctement. Je ne me réveille plus en pleine nuit par manque d'air et je ne suis pas obligée de tirer sur mon nez pour respirer. C'est la libération !


Attention, cet article n'est pas là pour vous pousser à pratiquer cette chirurgie ! Comme toute chirurgie il y a des risques, c'est vraiment long à se remettre, ça fait hyper mal, mais au final je suis soulagée et je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt.
Sur Internet il y a beaucoup de polémique sur la septo-turbinoplastie (vous savez les forums où les gens posent leurs questions médicales, etc..). Je ne suis pas médecin, je n'y connais rien, j'ai d'ailleurs lu 2-3 articles sur le sujet après mon opération et je me suis arrêté directement car les articles sur Internet et les histoires de maladies me font super peur. Les gens s'imaginent des trucs de dingue et font de leur cas une généralité, c'est flippant.
Cet article est donc là juste pour vous partager mon expérience personnelle, répondre à vos questions si vous en avez (mais rappelez-vous que je ne suis pas médecin) et peut-être vous rassurer sur cette opération si comme moi vous n'osiez pas franchir le cap, car si j'avais su avant que ça me changerait la vie comme ça, je l'aurais fait bien plus tôt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire